Plus de 200 000 vols commerciaux propulsés par des carburants à faibles émissions de carbone prouvent que la transition énergétique est possible

Montréal, 26 septembre 2019 – Alors que la communauté mondiale de l’aviation est réunie à Montréal à l’occasion de la 40e session de l’Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale, l’industrie aérienne fait la démonstration de son engagement à agir pour le climat chaque jour et dans tout son réseau mondial. À preuve, cette semaine, le nombre de vols de passagers propulsés par des combustibles d’aviation durables a dépassé 200 000. En déployant des améliorations technologiques dans ses opérations et ses infrastructures, l’industrie s’emploie à améliorer l’efficacité énergétique et réduit ses émissions de CO2 à court et moyen terme.

L’engagement à long terme de réduire de moitié les émissions de CO2 de l’industrie dépendra de la mise en œuvre de technologies radicalement nouvelles et de la transition énergétique vers des carburants d’aviation durables sans source fossile. Michael Gill, directeur exécutif du Groupe d’action sur les transports aériens (ATAG), qui rassemble l’ensemble de l’industrie, déclare : « L’aviation a toujours exploré la fine pointe de la technologie et de nombreux développements récents orientent nos efforts pour façonner le transport aérien de l’avenir. La propulsion électrique et même l’hydrogène sont en voie d’offrir des options technologiques robustes, même s’il faut encore beaucoup de recherches dans ces deux domaines. L’électricité pourrait être une possibilité pour les vols court-courriers à l’horizon 2035-2040. »

« Pour les vols de moyennes et longues portées, il faut une transition énergétique nous éloignant des carburants fossiles et nous rapprochant des sources durables de carburants liquides. Heureusement, l’industrie n’a jamais ménagé ses efforts dans ce domaine. Plus de 200 000 vols commerciaux ont maintenant été exploités depuis que nous avons obtenu la certification nécessaire à l’utilisation des carburants d’aviation durables en 2011. Ces carburants sont d’usage courant à cinq aéroports mondiaux, mais le pourcentage du carburant total utilisé demeure très faible. »

« Une telle transition ne peut s’opérer du jour au lendemain. Actuellement, 11 installations de production de carburant d’aviation durable sont en exploitation, en construction ou dans la phase finale de financement. Nous devons doubler cette production, puis la doubler encore pour obtenir un impact notable sur notre empreinte carbone. La transition énergétique est amorcée, mais il faut que les gouvernements nous aident à accélérer le processus par des politiques facilitant un changement plus rapide alors que nous poursuivons notre objectif à long terme de réduction de moitié des émissions de CO2 de l’aviation d’ici 2050. »

Fin

  • La note de travail de l’industrie réclamant qu’un objectif à long terme pour l’aviation soit adopté d’ici l’Assemblée de l’OACI de 2022 peut être consultée ici.
  • Le Groupe d’action sur les transports aériens représente l’ensemble de l’industrie aérienne, soit les compagnies aériennes, les aéroports, les organisations de gestion du trafic aérien, les avionneurs et les motoristes. Il coordonne les positions communes de l’industrie sur l’avenir durable du transport aérien. www.atag.org

Contact